Nos balades à vélo
Texte à méditer :  

Le Vélo est un Véhicule Emprunt de Liberté Optimale

  
Inconnu
Texte à méditer :  

Le vélo permet à un enfant de devenir adulte et à un adulte de devenir enfant   Claude Marthaler

Texte à méditer :  

une fois en chemin, tout se simplifie   Alexandra David Neel

Texte à méditer :   "les voyages à vélo, c'est comme être une cuillère dans un café, elle est imbibée de café"   Marc
Texte à méditer :  

Même un chemin de mille lieues commence par un pas   Proverbe Japonais

Texte à méditer :  

C'est parce que le vélo est un remarquable engin de perception du monde que le cyclotourisme est une source d'enrichissement perpétuel.   Jacques Vicart

Texte à méditer :  

Peu importe la lenteur de ta course. Tu seras toujours plus rapide que ceux qui restent sur le divan.   Inconnu

Texte à méditer :  

Si vous pensez que l'aventure est dangereuse. Je vous propose d'essayer la routine... elle est mortelle   Paulo Coelho

Texte à méditer :  

Le vélo est un jeu d'enfant qui dure longtemps   Eric Fottorino

Texte à méditer :  

Un cyclotouriste n'a pas de palmares, il n'a que des souvenirs.   Jean Taboureau

Texte à méditer :  

Juché sur une simple bicyclette, vous aurez vite l'impression de rouler sur l'échine de la terre.   Pierre Sansot

Texte à méditer :   Qui écoute trop la météo reste au bistrot   proverbe breton
Calendrier
Texte à méditer :  

Le Vélo est un Véhicule Emprunt de Liberté Optimale

  
Inconnu
Texte à méditer :  

Le vélo permet à un enfant de devenir adulte et à un adulte de devenir enfant   Claude Marthaler

Texte à méditer :  

une fois en chemin, tout se simplifie   Alexandra David Neel

Texte à méditer :   "les voyages à vélo, c'est comme être une cuillère dans un café, elle est imbibée de café"   Marc
Texte à méditer :  

Même un chemin de mille lieues commence par un pas   Proverbe Japonais

Texte à méditer :  

C'est parce que le vélo est un remarquable engin de perception du monde que le cyclotourisme est une source d'enrichissement perpétuel.   Jacques Vicart

Texte à méditer :  

Peu importe la lenteur de ta course. Tu seras toujours plus rapide que ceux qui restent sur le divan.   Inconnu

Texte à méditer :  

Si vous pensez que l'aventure est dangereuse. Je vous propose d'essayer la routine... elle est mortelle   Paulo Coelho

Texte à méditer :  

Le vélo est un jeu d'enfant qui dure longtemps   Eric Fottorino

Texte à méditer :  

Un cyclotouriste n'a pas de palmares, il n'a que des souvenirs.   Jean Taboureau

Texte à méditer :  

Juché sur une simple bicyclette, vous aurez vite l'impression de rouler sur l'échine de la terre.   Pierre Sansot

Texte à méditer :   Qui écoute trop la météo reste au bistrot   proverbe breton
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://nosvoyagesavelo.ocinquieme.ch/data/fr-docsrss-28

Voyage en solo mai 2016

GPS : réinitialiser = dans menu, calculateur de voyage = chronomètre (proposition 1)

Changer la roue : 1) pour enlever la roue = dévisser et descendre le petit loquet du frein et enlever la mâchoire côté loquet 2) 1 démonte-pneu puis 2 puis 3 et tourner (qu'un côté) 3) ôter la chambre à air 4) vérifier l'intérieur du pneu 5) remettre nouvelle ch. à air 6) gonfler un petit peu et remettre le pneu 7) regonfler 8) remonter le pneu 9) frein = loquet dans un cran, l'autre côté (l'anneau) rentre dans un trou et chercher cran et le rentrer Si roue arrière = mettre la chaîne sur le 1er pignon de la roue libre ( = le plus petit)

D'habitude quand nous voyageons, Marc, en galant homme, répare les vélos, monte et démonte la tente et s'occupe du GPS pendant que Martine pédale et observe la nature !!!

Mais voilà Marc a moins de vacances que Martine et Martine a envie de partir toute seule à vélo une petite semaine.

Martine avait envie de relier le lac léman au lac de Constance. Mais le temps est catastrophique. Le seul endroit pas trop loin où le soleil va un peu se montrer ces prochains jours c'est la Camargue. Qu'à cela ne tienne, elle prend un billet pour Miramas départ lundi 11h avec le train.

Lundi 30 mai 2016  Evires Miramas en train, puis Miramas Istres en vélo

Laisser Marc tout seul et en plus sous la pluie n'est pas très drôle mais une fois arrivée dans le train, c'est l'excitation, le plaisir du voyage de l'aventure.

Je m'installe avec mon sandwich et me branche sur le GPS, en arrivant à telle heure à Miramas où pourrais-je aller.. Eh oui je n'ai pas eu le temps de préparer mon voyage (mais de toute façon je ne l'ai jamais fait mes deux enfants peuvent s'en souviennent!!) Parfait je me débrouille pas trop mal avec ce GPS, j'ai tracé ma route, mais au moment de l'enregistrer..je n'arrive pas à la renommer, ce sera la route 001. Et, si j'ai bien compris une fois déposée sur le quai, j'aurai qu'à appuyer sur « aller » puis « voyage vélo » et ça devrait le faire ???

Tout étant bien organisé je peux donc prendre mon nouveau livre : L'aventure pourquoi faire, écrit par un collectif d'hommes (pas de femmes...la misogynie en France a encore de beaux jours devant elle). Heureusement la 1ère nouvelle de J.-Cl Guillebard est magnifique et tellement en lien avec ce que je suis en train de vivre : avant de partir on est plein de paniques diverses et une fois qu'on est parti...on est parti...et on ne saurait même plus retrouver les paniques de la nuit dernière !!

Dans le train suivant m'amenant de Valence à Miramas : première réparation dont je suis très fière. Etant assise à côté de mon vélo, je l'admire..et oh ma lanière de la pédale gauche a lâché. Tournevis ..et hop c'est réparé.

Arrivée à Miramas, comme prévu j'enclenche le GPS, oups pas si simple il me dit d'aller à droite mais c'est sans issue, je reviens à mon point de départ, je tourne pour chercher un panneau, entre temps le GPS me donne des indications que je ne comprends pas on dirait qu'il est perdu…. Donc je le laisse de côté et comme je ne me rappelle plus du trajet ...je peux pas demander.. Ah un panneau Istres ça me dit quelque chose...allez on y va.

A Istres je réenclenche le GPS, toujours aussi perdu, il est coincé en Afrique (non non c'est pas un gag, il est dans le désert)  Pff j'y comprends rien à ce truc…, il me nargue, ne m'obéit pas.

Bon c'est joli Istres il y a un hôtel à côté c'est déjà 19h30...ça va aller très bien pour cette nuit. Le proprio est sympa, la chambre donne sur un étang, c'est pas trop cher. Adjugé.. c'est facile quand on voyage seul : )) Puis petit bistrot avec acra, calmars, sangria et encornets. Vive les vacances, vive le Sud.

Mardi 31 mai, Istres – Saint Louis

Extrait du mail écrit par Martine à Marc mardi soir près des 17h


« Coucou...pffff un peu galère aujourd'hui! 1) il n'y a pas ou plutôt il n'y a plus de camping dans les bleds de bord de mer avant les Saintes Maries ! Donc comme je veux aller à la mer… 2) Par contre il y a plein de nationales interdites aux vélos, donc tu dois faire des monstres détours..sur des routes toutes droites et pleines de voitures et camions. 

Pour les 20 derniers kilomètres j'ai trouvé une belle piste cyclable dans les marais camarguais. Génial! Mais trop beau ..car à quelques kilomètres avant de devoir reprendre la route normale...Crevaison ! le pneu arrière! Et l'orage qui arrive! Je me suis dit si je reste en pleine brousse et que j'arrive pas à remonter le vélo ou à regonfler le pneu je vais être mal. Donc j'ai poussé mon vélo jusqu'à la route et là, j'ai fait du stop pour me rendre au 1er garage possible. Là je me suis mise à l'abri de la pluie et, j'ai galéré plus d'une heure, ça faisait tellement d'année que je n'avais plus ce job...et tu me connais moi et la technique ça fait deux...je te raconterais. …MAIS j'y suis arrivée!

A cet instant où je t'écris je suis comme prévu à St Louis...dans un petit hôtel sans étoile mais à côté du port et tenu par une dame très gentille. Demain je veux remonter par les marais de l'autre côté du Rhône, bon j'avoue que ça me panique un peu car si ça je recrève. Eh oui tu te rappelles c'était déjà ce pneu qui nous a tellement embêté l'année dernière, il crevait tout le temps.. En plus, j'arrive pas à gonfler avec la petite pompe...Ah cest plus facile avec mon homme fort!!! Mais bon je suis hyper fière d'avoir réussi. Et là je me réjouis d'aller me ballader au bord de la mer.

Ne t'en fais pas tu vois je me débrouille! !!
Gros bisous je t'aime »

Mercredi 1er juin. Saint Louis – Arles

Départ pour la plage, des flammands roses partout, une route tranquille aucune voiture, il y a du vent, de la pluie. Arrivée à la plage je vais toucher l'eau et me fait inviter par un camping cariste.

Le retour sur la même route avec cette fois le vent de face. Retour à Saint Louis, et je cherche vainement ma route, le GPS continue à ne m'être d'aucune aide. Mais j'hésite encore à aller soit aux Saintes Maries soit à Arles. Je traverse donc le Rhône avec le bac et me retrouve en pleine nature camarguaise.

Par deux fois mon pneu arrière se retrouve à plat, la première fois je vais dans le seul garage de la région et il me le regonfle. La 2ème fois j'achète une bombe chez un loueur de vélo et je regonfle mon pneu. Du coup je n'ose pas prendre la route qui m'aurait emmenée aux Saintes Maries, vu le temps dégueu, il n'y aura sûrement personne, c'est un chemin touristique entouré de la mer. A Arles je prévois de me rendre dans un magasin de vélo et racheter des chambres à air.

La route pour Arles est superbe, il pleut toujours mais je suis en pleine garrigue et une fois encore me retrouver sur mon vélo loin de tout et en pleine campagne me ravit complètement. J'x rencontre des flamands roses encore, des ragondins, un lapin, des aigrettes.

A Arles, le GPS m'indique un camping à quelques km de la ville, arrivée sur place, il n'y a plus de camping. Une 2ème proposition de mon cher GPS, pareil, il n'y a jamais eu de camping ici. Le 3ème, c'est le bon.

Jeudi 2 juin Arles-Avignon

Le camping est loin de tout et sans restau donc départ sans pti déj à part quelques abricots. Je me rends directement dans un magasin de vélo pour voir ce qui se passe avec mon pneu arrière. Il me change le fond de jantes et la chambre à air ,qui comme les autres ,a un petit trou à quelques centimètres de la valve. Il me recentre les roues et youpi je me retrouve sur les routes avec en plus du soleil.

Impossible de me faire aider par le GPS. Le seul truc où il est d'accord de collaborer c'est pour trouver les campings et le magasin de vélo. Par contre ma route...oublie et débrouille toi comme à l'ancienne, en cherchant des panneaux. Il y a des cartes mais elles ne me montrent que les nationales.. Aucune carte de vélo même pas dans les boutique de vélo ! La France le pays du tour de France est pas très en avance ..surtout pas le Sud.

Donc je prends des nationales, des routes pleine de voitures et de camions...je déteste. En arrivant à Avignon rebelotte, mon pneu est plat. Je me décide à utiliser la bombe de gonflage. Je ne connais pas ce truc il y a rien d'écrit dessus...Allez je branche, je pousse, le pneu se gonfle et la mousse se met partout, j'en ai plein les mains. Je me rassieds dessus et, miracle ça a l'air de tenir.

A Avignon je me fais agressé par une bande de jeunes en voiture qui m'envoient une bombe à eau qui faillit de me faire tomber. Ils repassent plusieurs fois en me criant des bêtises . Ouf ras le bol je m'arrête dans le camping au bout d'Avignon. Juste le temps de monter ma tente, que la pluie arrive. Sinon l'endroit est joli et tranquille, une platée de moules-frites me fera le plus grand bien.

Jeudi 2 juin Avigon-Pont Saint Esprit-Pierrelatte en vélo 65km env et Pierrelatte-Valence en train

Après une bonne nuit de repos, reprise de la route pour aller prendre le train à Pierrelatte pour Valence. Marc m'y attend vers 23h...j'ai le temps.

Je m'essaie à des petites routes, parfois c'est superbe parfois je me perds, je me ballade tranquille. Il fait beau et mon pneu a l'air de tenir...je suis pas hyper tranquille quand je m'aventure sur des petits chemins paumés...mais ça tient.

J'arrive à Pierrelatte vers 14h. Je trouve un petit bistrot qui me sert deux crêpes. On discute de tout et de rien avec la proprio, elle me parle des infos vues à la TV sur les inondations. Vers 15h, je lui dit  « Je vais aller à la gare prendre un train pour Valence, par hasard vous connaissez les horaires ? » Elle me répond que non car comme il n'y a pas de gare dans le coin...elle s'intéresse pas aux horaires ! Comment pas de gare ? Non il y en avait une mais c''est vieux et donc il reste la place de la gare mais pas de gare. Ouf...et la plus proche est à une vingtaine de km, à Pierrelatte. Ni une, ni deux je lui dis merci et au revoir et je me grouille de monter sur mon vélo car en plus elle a ajouté qu'il y a peu de train et qu'on est en pleine période de grève…

Je fonce sur Pierrelatte, ils annoncent un train vers 18h pour Valence. Finalement non ce sera un car..aie prendra-t-il les vélos? Oui ils prennent les vélos et ouf, je vais être à Valence ce soir.

Vers 20h arrivée à la gare, j'hésite, est-ce que je monte jusqu'à un camping à 17km de là mais sans être sûre qu'il soit ouvert ou est-ce que je rentre dans un bistrot pour attendre Marc jusqu'à 23h ou encore est-ce que je vais directement direction Francillon.

Un gentil monsieur me demande ce que je cherche, je lui dit un camping ..et lui explique le topo. Il cherche et pense qu'il n'y a pas de camping ouvert tout près mais me propose de m'emmener manger avec lui et sa femme. Ils n'habitent pas trop loin et comme ça je n'attends pas toute seule ! Que c'est gentil, en plus il me propose une douche avant le souper et me raccompagne un bout. La soirée est très sympa, nous nous trouvons plusieurs points communs, tant dans le travail (il travaillait dans la santé publique) que dans les activités (ruche, jardins, légumes, oiseaux, etc). Encore merci !

Nous nous retrouvons avec Marc à 23h à la gare et nous passons 3 magnifiques jours dans la Drôme . Nous visitons la région avec nos vélos, rencontrons plusieurs personnes magnifiques dont un vieux monsieur dans un petit bled et qui nous a raconté sa vie avec simplicité et humour.

Des fleurs partout, des projets écologiques dans chaque village ou presque, une vue magnifique. Nous aimons la Drôme.

Et surtout c'est tellement plus agréable de voyager à deux. J'ai adoré cette aventure, mais partager avec Marc est fantastique, surtout que suite à ces 4 jours en solo, j'ai bien été obligée de constater que même sans Marc je vais dormir de préférence dans les campings, que même sans Marc je fais plus de 60 km par jour, que même sans Marc je me fais des petis pic-nics à la place des bistrots...et que surtout, sans Marc c'est ..tellement mieux avec !!heart

Voyage en solo mai 2016

GPS : réinitialiser = dans menu, calculateur de voyage = chronomètre (proposition 1)

Changer la roue : 1) pour enlever la roue = dévisser et descendre le petit loquet du frein et enlever la mâchoire côté loquet 2) 1 démonte-pneu puis 2 puis 3 et tourner (qu'un côté) 3) ôter la chambre à air 4) vérifier l'intérieur du pneu 5) remettre nouvelle ch. à air 6) gonfler un petit peu et remettre le pneu 7) regonfler 8) remonter le pneu 9) frein = loquet dans un cran, l'autre côté (l'anneau) rentre dans un trou et chercher cran et le rentrer Si roue arrière = mettre la chaîne sur le 1er pignon de la roue libre ( = le plus petit)

D'habitude quand nous voyageons, Marc, en galant homme, répare les vélos, monte et démonte la tente et s'occupe du GPS pendant que Martine pédale et observe la nature !!!

Mais voilà Marc a moins de vacances que Martine et Martine a envie de partir toute seule à vélo une petite semaine.

Martine avait envie de relier le lac léman au lac de Constance. Mais le temps est catastrophique. Le seul endroit pas trop loin où le soleil va un peu se montrer ces prochains jours c'est la Camargue. Qu'à cela ne tienne, elle prend un billet pour Miramas départ lundi 11h avec le train.

Lundi 30 mai 2016  Evires Miramas en train, puis Miramas Istres en vélo

Laisser Marc tout seul et en plus sous la pluie n'est pas très drôle mais une fois arrivée dans le train, c'est l'excitation, le plaisir du voyage de l'aventure.

Je m'installe avec mon sandwich et me branche sur le GPS, en arrivant à telle heure à Miramas où pourrais-je aller.. Eh oui je n'ai pas eu le temps de préparer mon voyage (mais de toute façon je ne l'ai jamais fait mes deux enfants peuvent s'en souviennent!!) Parfait je me débrouille pas trop mal avec ce GPS, j'ai tracé ma route, mais au moment de l'enregistrer..je n'arrive pas à la renommer, ce sera la route 001. Et, si j'ai bien compris une fois déposée sur le quai, j'aurai qu'à appuyer sur « aller » puis « voyage vélo » et ça devrait le faire ???

Tout étant bien organisé je peux donc prendre mon nouveau livre : L'aventure pourquoi faire, écrit par un collectif d'hommes (pas de femmes...la misogynie en France a encore de beaux jours devant elle). Heureusement la 1ère nouvelle de J.-Cl Guillebard est magnifique et tellement en lien avec ce que je suis en train de vivre : avant de partir on est plein de paniques diverses et une fois qu'on est parti...on est parti...et on ne saurait même plus retrouver les paniques de la nuit dernière !!

Dans le train suivant m'amenant de Valence à Miramas : première réparation dont je suis très fière. Etant assise à côté de mon vélo, je l'admire..et oh ma lanière de la pédale gauche a lâché. Tournevis ..et hop c'est réparé.

Arrivée à Miramas, comme prévu j'enclenche le GPS, oups pas si simple il me dit d'aller à droite mais c'est sans issue, je reviens à mon point de départ, je tourne pour chercher un panneau, entre temps le GPS me donne des indications que je ne comprends pas on dirait qu'il est perdu…. Donc je le laisse de côté et comme je ne me rappelle plus du trajet ...je peux pas demander.. Ah un panneau Istres ça me dit quelque chose...allez on y va.

A Istres je réenclenche le GPS, toujours aussi perdu, il est coincé en Afrique (non non c'est pas un gag, il est dans le désert)  Pff j'y comprends rien à ce truc…, il me nargue, ne m'obéit pas.

Bon c'est joli Istres il y a un hôtel à côté c'est déjà 19h30...ça va aller très bien pour cette nuit. Le proprio est sympa, la chambre donne sur un étang, c'est pas trop cher. Adjugé.. c'est facile quand on voyage seul : )) Puis petit bistrot avec acra, calmars, sangria et encornets. Vive les vacances, vive le Sud.

Mardi 31 mai, Istres – Saint Louis

Extrait du mail écrit par Martine à Marc mardi soir près des 17h


« Coucou...pffff un peu galère aujourd'hui! 1) il n'y a pas ou plutôt il n'y a plus de camping dans les bleds de bord de mer avant les Saintes Maries ! Donc comme je veux aller à la mer… 2) Par contre il y a plein de nationales interdites aux vélos, donc tu dois faire des monstres détours..sur des routes toutes droites et pleines de voitures et camions. 

Pour les 20 derniers kilomètres j'ai trouvé une belle piste cyclable dans les marais camarguais. Génial! Mais trop beau ..car à quelques kilomètres avant de devoir reprendre la route normale...Crevaison ! le pneu arrière! Et l'orage qui arrive! Je me suis dit si je reste en pleine brousse et que j'arrive pas à remonter le vélo ou à regonfler le pneu je vais être mal. Donc j'ai poussé mon vélo jusqu'à la route et là, j'ai fait du stop pour me rendre au 1er garage possible. Là je me suis mise à l'abri de la pluie et, j'ai galéré plus d'une heure, ça faisait tellement d'année que je n'avais plus ce job...et tu me connais moi et la technique ça fait deux...je te raconterais. …MAIS j'y suis arrivée!

A cet instant où je t'écris je suis comme prévu à St Louis...dans un petit hôtel sans étoile mais à côté du port et tenu par une dame très gentille. Demain je veux remonter par les marais de l'autre côté du Rhône, bon j'avoue que ça me panique un peu car si ça je recrève. Eh oui tu te rappelles c'était déjà ce pneu qui nous a tellement embêté l'année dernière, il crevait tout le temps.. En plus, j'arrive pas à gonfler avec la petite pompe...Ah cest plus facile avec mon homme fort!!! Mais bon je suis hyper fière d'avoir réussi. Et là je me réjouis d'aller me ballader au bord de la mer.

Ne t'en fais pas tu vois je me débrouille! !!
Gros bisous je t'aime »

Mercredi 1er juin. Saint Louis – Arles

Départ pour la plage, des flammands roses partout, une route tranquille aucune voiture, il y a du vent, de la pluie. Arrivée à la plage je vais toucher l'eau et me fait inviter par un camping cariste.

Le retour sur la même route avec cette fois le vent de face. Retour à Saint Louis, et je cherche vainement ma route, le GPS continue à ne m'être d'aucune aide. Mais j'hésite encore à aller soit aux Saintes Maries soit à Arles. Je traverse donc le Rhône avec le bac et me retrouve en pleine nature camarguaise.

Par deux fois mon pneu arrière se retrouve à plat, la première fois je vais dans le seul garage de la région et il me le regonfle. La 2ème fois j'achète une bombe chez un loueur de vélo et je regonfle mon pneu. Du coup je n'ose pas prendre la route qui m'aurait emmenée aux Saintes Maries, vu le temps dégueu, il n'y aura sûrement personne, c'est un chemin touristique entouré de la mer. A Arles je prévois de me rendre dans un magasin de vélo et racheter des chambres à air.

La route pour Arles est superbe, il pleut toujours mais je suis en pleine garrigue et une fois encore me retrouver sur mon vélo loin de tout et en pleine campagne me ravit complètement. J'x rencontre des flamands roses encore, des ragondins, un lapin, des aigrettes.

A Arles, le GPS m'indique un camping à quelques km de la ville, arrivée sur place, il n'y a plus de camping. Une 2ème proposition de mon cher GPS, pareil, il n'y a jamais eu de camping ici. Le 3ème, c'est le bon.

Jeudi 2 juin Arles-Avignon

Le camping est loin de tout et sans restau donc départ sans pti déj à part quelques abricots. Je me rends directement dans un magasin de vélo pour voir ce qui se passe avec mon pneu arrière. Il me change le fond de jantes et la chambre à air ,qui comme les autres ,a un petit trou à quelques centimètres de la valve. Il me recentre les roues et youpi je me retrouve sur les routes avec en plus du soleil.

Impossible de me faire aider par le GPS. Le seul truc où il est d'accord de collaborer c'est pour trouver les campings et le magasin de vélo. Par contre ma route...oublie et débrouille toi comme à l'ancienne, en cherchant des panneaux. Il y a des cartes mais elles ne me montrent que les nationales.. Aucune carte de vélo même pas dans les boutique de vélo ! La France le pays du tour de France est pas très en avance ..surtout pas le Sud.

Donc je prends des nationales, des routes pleine de voitures et de camions...je déteste. En arrivant à Avignon rebelotte, mon pneu est plat. Je me décide à utiliser la bombe de gonflage. Je ne connais pas ce truc il y a rien d'écrit dessus...Allez je branche, je pousse, le pneu se gonfle et la mousse se met partout, j'en ai plein les mains. Je me rassieds dessus et, miracle ça a l'air de tenir.

A Avignon je me fais agressé par une bande de jeunes en voiture qui m'envoient une bombe à eau qui faillit de me faire tomber. Ils repassent plusieurs fois en me criant des bêtises . Ouf ras le bol je m'arrête dans le camping au bout d'Avignon. Juste le temps de monter ma tente, que la pluie arrive. Sinon l'endroit est joli et tranquille, une platée de moules-frites me fera le plus grand bien.

Jeudi 2 juin Avigon-Pont Saint Esprit-Pierrelatte en vélo 65km env et Pierrelatte-Valence en train

Après une bonne nuit de repos, reprise de la route pour aller prendre le train à Pierrelatte pour Valence. Marc m'y attend vers 23h...j'ai le temps.

Je m'essaie à des petites routes, parfois c'est superbe parfois je me perds, je me ballade tranquille. Il fait beau et mon pneu a l'air de tenir...je suis pas hyper tranquille quand je m'aventure sur des petits chemins paumés...mais ça tient.

J'arrive à Pierrelatte vers 14h. Je trouve un petit bistrot qui me sert deux crêpes. On discute de tout et de rien avec la proprio, elle me parle des infos vues à la TV sur les inondations. Vers 15h, je lui dit  « Je vais aller à la gare prendre un train pour Valence, par hasard vous connaissez les horaires ? » Elle me répond que non car comme il n'y a pas de gare dans le coin...elle s'intéresse pas aux horaires ! Comment pas de gare ? Non il y en avait une mais c''est vieux et donc il reste la place de la gare mais pas de gare. Ouf...et la plus proche est à une vingtaine de km, à Pierrelatte. Ni une, ni deux je lui dis merci et au revoir et je me grouille de monter sur mon vélo car en plus elle a ajouté qu'il y a peu de train et qu'on est en pleine période de grève…

Je fonce sur Pierrelatte, ils annoncent un train vers 18h pour Valence. Finalement non ce sera un car..aie prendra-t-il les vélos? Oui ils prennent les vélos et ouf, je vais être à Valence ce soir.

Vers 20h arrivée à la gare, j'hésite, est-ce que je monte jusqu'à un camping à 17km de là mais sans être sûre qu'il soit ouvert ou est-ce que je rentre dans un bistrot pour attendre Marc jusqu'à 23h ou encore est-ce que je vais directement direction Francillon.

Un gentil monsieur me demande ce que je cherche, je lui dit un camping ..et lui explique le topo. Il cherche et pense qu'il n'y a pas de camping ouvert tout près mais me propose de m'emmener manger avec lui et sa femme. Ils n'habitent pas trop loin et comme ça je n'attends pas toute seule ! Que c'est gentil, en plus il me propose une douche avant le souper et me raccompagne un bout. La soirée est très sympa, nous nous trouvons plusieurs points communs, tant dans le travail (il travaillait dans la santé publique) que dans les activités (ruche, jardins, légumes, oiseaux, etc). Encore merci !

Nous nous retrouvons avec Marc à 23h à la gare et nous passons 3 magnifiques jours dans la Drôme . Nous visitons la région avec nos vélos, rencontrons plusieurs personnes magnifiques dont un vieux monsieur dans un petit bled et qui nous a raconté sa vie avec simplicité et humour.

Des fleurs partout, des projets écologiques dans chaque village ou presque, une vue magnifique. Nous aimons la Drôme.

Et surtout c'est tellement plus agréable de voyager à deux. J'ai adoré cette aventure, mais partager avec Marc est fantastique, surtout que suite à ces 4 jours en solo, j'ai bien été obligée de constater que même sans Marc je vais dormir de préférence dans les campings, que même sans Marc je fais plus de 60 km par jour, que même sans Marc je me fais des petis pic-nics à la place des bistrots...et que surtout, sans Marc c'est ..tellement mieux avec !!heart

Fermer Fermer


Date de création : 08/02/2017 • 17:08


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Voyage en solo
 
 
Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
5WCmk
Recopier le code :


  3789 visiteurs
  1 visiteur en ligne

  Nombre de membres 4 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  
Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
5WCmk
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
 ↑